LA LETTRE DE LA CITOYENNETE

Nationalité, droit de vote des résidents étrangers


20F 7° année -N°41 - SEPTEMBRE-OCTOBRE 1999
 
 

DANIEL COHN-BENDIT ET LA DOUBLE NATIONALITE

Daniel Cohn-Bendit a fait connaître son souhait de devenir français. Né en France à Montauban en 1945, allemand à 16 ans, il n'a jamais réuni depuis cette date les cinq ans de résidence sur le sol français requis pour sa naturalisation. "Puisque je suis un artiste de la politique, je vais demander de bénéficier de la dérogation en vigueur pour les sportifs ou les artistes utiles au pays" mais il ajoute "Je veux prendre la nationalité française à condition que je puisse garder ma nationalité allemande".Dans "L'Evénement" du 26 août, interrogé sur sa nationalité, Daniel Cohn-Bendit précise "Dans trois mois, je ne serai pas seulement allemand. La question est réglée : l'obtention de ma nationalité française est en cours. Reste que, d'après les services du ministère de Martine Aubry, je perdrai dès lors ma nationalité allemande. Deux solutions se présentent à moi. ou je parviens à convaincre l'administration de la République fédérale de me maintenir dans ma nationalité: je serai alors français et allemand. Ou je n'y parviens pas et ça m'énerve tellement que je prends la nationalité allemande et je change de nationalité tous les deux ans : une fois Français, une fois Allemand". La loi ne permet pas en général ce genre de va et vient. "Dans mon cas particulier, c'est possible. Car comme mes parents ont été expulsés d'Allemagne en 1933, je bénéficie d'une sorte de loi permanente du retour. Il me suffit de demander ou de redemander ma nationalité allemande pour l'avoir. Quitte à perdre ma nationalité française pour la réobtenir ensuite quand j'en aurais envie. S'il le faut je m'amuserai - pour démontrer l'absurdité d'un refus d'une double nationalité- à jouer ainsi à saute-frontière ou plutôt à saute-passeport."


Sur le sujet voir LETTRE N°31 : LOI SUR LA NATIONALITE

Lettre de la Citoyenneté : SOMMAIRE

Retour à la page : ACCUEIL